Revendeurs
Configurateur
Rechercher
Catalogue
Heilige nach x mas stories wittmann
scroll down

La péri­ode de Noël est idéale pour les con­tes : Le mir­a­cle de la nuit de Noël”

En cette période de Noël, nous vous proposons quatre histoires de Helmut Wittmann, auteur de contes autrichiens, et nous vous en souhaitons bonne lecture !

Le miracle de la nuit de Noël

La légende est connue dans toute l'Europe, de la Sicile à la Suède. Le narrateur Helmut Wittmann raconte ici la version des régions alpines de l'histoire :

La nuit où le divin enfant est né, il faisait froid, un froid glacial. On dit que le nouveau-né, l'enfant Jésus, tremblait et frémissait comme un petit oiseau nu. Marie, la Sainte Vierge, ne pouvait pas réchauffer l'enfant, car ses mains aussi étaient gelées. Alors, elle les glissa dans son châle et sous ses aisselles pour les réchauffer un peu.

Joseph ne pouvait pas rester sans rien faire. Il prit immédiatement son manteau et partit à la recherche de quelque chose pour les réchauffer. Ils avaient besoin d'un feu !

Mais au milieu de la nuit, personne à Bethléem n'ouvrait la porte à cet étranger. Il pouvait frapper et appeler autant qu'il le voulait.

Dans les champs, Joseph aperçut une lumière au loin. Cela devait sans doute être des bergers campant autour d'un feu. Alors il décida d'y aller. Mais lorsqu'il s'approcha du troupeau, les chiens des bergers repérèrent son odeur. Ils avaient la taille d'un veau et étaient là pour protéger le troupeau. Ils se levèrent aussitôt et se précipitèrent vers l'étranger pour le chasser.

Les bergers ne virent que la silhouette d'une personne au clair de lune. Qui que ce soit, il n'était pas le bienvenu. Les chiens le chasseraient.

Pourtant, il se passait quelque chose d'étrange : les chiens avaient beau vouloir aboyer, ils ne parvenaient pas à émettre le moindre son. Au contraire, ils sautillaient autour de l'étranger en remuant leur queue. Et l'étranger ? - Il continuait de marcher. À cause du froid, les moutons étaient allongés les uns contre les autres. Il n'y avait aucun passage entre eux. L'étranger ne réfléchit pas deux fois. Il marcha simplement sur les moutons, les piétinant comme un tapis ; étrange ! - Les bergers écarquillaient les yeux d'étonnement. Que voulait cet homme ? L'un des bergers était un homme particulièrement rustre. La vie lui avait été pénible et l'avait rendu aigri. Un homme comme lui recherchait la tranquillité. Alors il fallait faire partir l'étranger ! Il saisit immédiatement son bâton et le lança sur l'étranger. Le bâton se dirigea tout droit vers Joseph et forma un arc de cercle devant lui.

Les bergers furent encore plus étonnés. Mais Joseph demeura imperturbable et se dirigea vers les bergers. "Qu'est-ce que tu veux ?" a demandé sèchement celui qui avait jeté le bâton.

Je vous en prie : donnez-moi un peu de votre feu ! Un peu de braises suffira. Ma femme vient d'accoucher. Elle et l'enfant meurent de froid.

"Il veut des braises ! " dit un des bergers en riant. "Et avec quoi les porteras-tu ?" demanda un autre en ricanant. "Là-dedans", dit Joseph en leur tendant la capuche de son manteau. Alors les bergers se mirent à rire aux éclats. "Eh bien," s'écria l'un d'eux, "Sers-toi !"

Joseph ne se fit pas prier deux fois et se servit immédiatement. Il entassa quelques braises dans sa capuche, à mains nues, comme si c'était des pommes de terre.

Les rires cessèrent. Les bergers regardèrent avec stupeur ce qui se passait sous leurs yeux.

"Dis-nous", dit l'un d'eux, "quelle est cette étrange nuit ? - Il est impossible que nos chiens, qui sont d'habitude féroces et peu disciplinés, ne te fassent pas de mal ? Que les moutons te laissent leur marcher dessus comme sur un tapis ? Que le bâton du berger, qui se dirige droit vers toi, forme un arc de cercle autour de toi ? Et que même le feu ne te brûle pas, ni ta capuche ?"

"À quoi bon vous le dire si vous ne le voyez pas ?", dit Joseph pensivement. Les bergers étaient d'autant plus déconcertés. Qu'est-ce que l'étranger voulait dire par là ?

Joseph, quant à lui, se remit en route, la capuche pleine de braises.

Où allait-il ? Curieux, les bergers le suivirent, laissant les moutons sous la garde des chiens. Tout était rentré dans l'ordre.

Joseph revint donc à l'étable avec les bergers qui le suivaient. Peu après, un grand feu s'y alluma..

À sa lueur, les bergers virent ce qu'il y avait là. Une femme avait donné naissance à un enfant dans cette misérable étable. L'enfant était couché nu dans une mangeoire sur la paille. Le spectacle était pitoyable. Même le berger, qui était si aigri, en fut ému. Il fouilla dans sa sacoche et en tira une peau de mouton. "Prends-la", dit-il à Marie. "Pour que l'enfant n'ait pas froid !"

Les autres aussi cherchèrent et fouillèrent pour trouver quelque chose à donner. Marie regarda le berger avec gratitude, puis les autres, et se mit à rire. "Je vous remercie !", dit-elle. Ses yeux brillaient. Et à ce moment-là, quelque chose d'inattendu se produisit.

Lorsque la Vierge Marie a souri aux bergers, leur coeur s'emplit de lumière. L'étable, qui leur était apparue si repoussante, froide et sale, resplendissait d'une splendeur divine. On y voyait des anges qui chantaient à pleine voix et louaient Dieu.

"Hosanna !", chantaient-ils, "Le Christ, le Sauveur du monde, est né ! Béni soit Dieu dans le ciel, et paix aux hommes de bonne volonté sur la terre !"

Les bergers comprirent alors ce que Joseph avait voulu dire lorsqu'il avait dit : "À quoi bon vous le dire si vous ne le voyez pas !"

Parce qu'ils avaient fait preuve de miséricorde, parce qu'ils avaient donné et aidé quelqu'un dans le besoin, leur cœur s'était ouvert. Maintenant, ils voyaient bien plus que ce que leurs yeux étaient capables de voir.

On dit souvent : Avec nos yeux, nous voyons la lumière du monde. Mais les choses vraiment importantes qui constituent l'essence même de notre monde ne peuvent être vues qu'avec le cœur.


À propos de Helmut Wittmann :
Helmut Wittmann est un conteur autrichien spécialisé dans les contes populaires et les contes de fées des régions des Alpes. Il s'intéresse également aux récits traditionnels de l'Europe de l'Est et aux traditions du Sufi oriental. En 2003, il a reçu le "Deutschen-Volkserzähler-Preis" (Prix Allemand des Conteurs Folkloriques) et en 2008 le prix d'auteur de Lesetopia, le plus grand salon de la lecture en Autriche. À sa demande, la narration de contes de fées en Autriche a été inscrite sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO.

www.maerchenerzaehler.at

Vers les autres histoires :
La bénédiction de Madame Percht

Des pommes d'or de Madame Chance

Saint-Nicolas a un souhait

Kategorie Actualités
RIKA

RIKA

Formulaire de Contact

Nous traitons vos données de manière confidentielle et avec le plus grand soin. En envoyant ce formulaire, vous acceptez le règlement général sur la protection des données et la transmission de vos données personnelles à nos revendeurs RIKA.

Votre message a été envoyé avec succès. Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.
Malheureusement, la transmission de votre demande n'a pas fonctionné. Veuillez réessayer.